Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:57

 





 

 

 

 

 

 

 


La légende raconte qu'il y a très longtemps, en Allemagne, une maman préparait  les décorations de Noël; l'arbre était dressé, la maison nettoyée et les araignées chassées.
Le soir, le calme et la sérénité revenus, les araignées revinrent et découvrirent le sapin, elles entreprirent aussitôt l'assaut de l'arbre, le recouvrant de leurs toiles grises et poussiéreuses.

Lors de l'arrivée du Père Noël pour la distribution des cadeaux, il fut ravi de découvrir les araignées heureuses et satisfaites de leur travail de décoration du sapin, mais il ne pu s'empêcher de penser à la tristesse de la mère qui allait retrouver son arbre décoré de toiles.



Alors, pour satisfaire tout le monde le Père Noël transforma la décoration de fils grisâtres en fils d'or et d'argent.
L'arbre de Noël se mit alors à scintiller et à briller de tous ses feux !

Depuis, tous les sapins de Noël sont décorés avec de belles et brillantes guirlandes ! 

On dit aussi, qu'il faudrait toujours glisser, au milieu des branches de nos arbres de noël, de gentilles petites araignées. 

Alors, tous à vos décorations !!!


Partager cet article

8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:55

 

Entre 2000 et 1200 avant JC, on parlait déjà d'un arbre (L'épicéa, arbre de l'enfantement), le jour du 24 décembre, puisqu'on considérait ce jour comme la renaissance du soleil.  Les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre, l'épicéa fut celui du 24 décembre. Pour le rite païen du solstice d'hiver, un arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé.

En 354, l'Eglise institue la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne. Initialement la célébration de Noël se résumait à la messe de la nativité.

L'ORIGINEOn raconte qu'un moine évangélisateur Allemand de la fin du VIIe siècle, Saint Boniface (né en 680), voulait convaincre les druides germains, des environs de Geismar, que le chêne n'était pas un arbre sacré. Il en fit donc abattre un. "En tombant, l'arbre écrasa tout ce qui se trouvait sur son passage à l'exception d'un jeune sapin".

A partir de là, la légende fait son oeuvre. Elle raconte que Saint Boniface a qualifié ce pur hasard de miracle, et déclaré dans sa même prédication : "Désormais, nous appellerons cet arbre, l'arbre de l'Enfant Jésus." Depuis, on plante en Allemagne de jeunes sapins pour célébrer la naissance du Christ.


Au XIème siècle, l'arbre de noël, garni de pommes rouges, symbolisait l'arbre du paradis. C'est au XIIème siècle que la tradition du sapin est apparue en Europe, plus précisement en Alsace.

On le mentionne pour la première fois comme "arbre de noël" en Alsace vers 1521. Au XIVème siècle, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux. A cette même époque, l'étoile au sommet de l'arbre, symbole de l'étoile de Bethleem commença à se répandre. Ce sont les protestants en 1560 qui développèrent la tradition du sapin de noël pour se démarquer des catholiques.

Au XVIIème et XVIIIème siècle apparaissent les premiers sapins illuminés. On utilisait des coquilles de noix remplies d'huile à la surface desquelles des mêches flottaient ou des chandelles souples nouées autour des branches.

 

 

 

 

 


C'est en 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, aurait installé un sapin de noël dans le château de Versailles.

On trouva par la suite de plus en plus d'arbres de Noël particulièrement en Alsace-Lorraine, où existait déjà la tradition du sapin.

En 1837, la duchesse d'Orléans Hélène de Mecklembourg, d'origine Allemande, fit décorer un sapin aux Tuileries.
Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans tout le pays grâce aux immigrés d'Alsace-Lorraine qui firent largement connaître la tradition de l' arbre de Noël aux Français.
C'est à cette période que le pays entier adopta cette tradition.

 

 


Partager cet article

8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:52

pere-noel_004.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'origine du Père Noël

Le Père Noël aurait pour origine Saint Nicolas. On retrouve dans sa représentation toute la symbolique de St Nicolas (barbe blanche, manteau rouge...).
Le père Noël voyage dans un traîneau tiré par des rennes, Saint Nicolas voyageait sur le dos d'un âne. Malgré la réforme protestante du XVIe siècle qui supprima la fête de St Nicolas dans des pays d'Europe, les Hollandais gardèrent leur Sinter Klaas (nom hollandais pour Saint Nicolas) et sa distribution de jouets.

Lorsqu'ils s'installèrent aux États-Unis, Sinter Klass devint Santa Claus. Santa Claus subit des transformations vestimentaires et culturelles pour se transformer en un Père Noël plus convivial.

Clement Clarke MOORE écrivit en 1821 un conte de Noël pour ses enfants intitulé « The night before Christmas » (La nuit d'avant Noël ) dans lequel le Père Noël apparaît dans son traîneau tiré par des rennes.

Ce même auteur rédigea un texte intitulé « A Visit From St Nicholas » (la visite de St Nicolas) qui parut dans le journal « Sentinel » de New York le 23 décembre 1823. Ce texte parlait de lutins qui distribuaient des cadeaux aux enfants par la cheminée et se dépaçaient dans une carriole tirée par 8 rennes (répondant aux noms de Blitzen, Dasher, Dancer, Comet, Cupid, Donder, Prancer et Vixen).

Un neuvième renne fut rajouté en 1939 : Rudolf, qui fut chargé d'éclairer le chemin du père Noël grâce à son « nez rouge lumineux ». Le récit fut traduit en plusieurs langues et diffusé dans le monde entier


La 'naissance' du Père Noël

En 1863 « Harper's Illustrated weekly », le journal New-Yorkais, revêt Santa Claus d'un costume garni de fourrure blanche et portant un large ceinturon de cuir. Le dessinateur Thomas NAST en fut l'auteur.
Pendant près de 30 ans, Thomas NAST représenta, dans ce journal, Santa Claus ventru et jovial, à la barbe blanche et accompagné de rennes.

C'est en 1885 que l'illustrateur de ce journal dessina le parcours du Santa Claus qui va du pôle Nord aux Etats-Unis; sa résidence était ainsi officiellement établie ...
Un an plus tard, l'écrivain Georges P. WEBSTER précisa que la manufacture de jouets ainsi que la maison du père Noël « étaient cachées dans la glace et la neige du Pôle Nord » confirmant par cette affirmation les dessins de NAST.

Il aura fallu attendre 1931 ... et Coca Cola !

La firme Américaine a eu le génie de demander à Haddon SUNDBLOM de dessiner ce vieux bonhomme (dont la renommée grandissait la-bàs) en train de boire du Coca Cola pour reprendre des forces pendant la distribution de jouets. Ainsi les enfants seraient incités à en boire durant l'hiver.


Le dessinateur l'habilla aux couleurs de la célèbre bouteille de Coca Cola : rouge et blanc. Ce nouveau look et la renommée que lui valut la publicité, firent du vieux bonhomme le maître planétaire de la nuit magique, le Père Noël.

Il y eu bien quelques mouvements de protestation de la part des Catholiques contre cette envahissante popularité, la nuit du 24 au 25 décembre étant à l'origine celle de l'enfant Jésus. Certaines manifestations allèrent même jusqu'à brûler l'effigie du Père Noël, mais tout rentra dans l'ordre au fil du temps.



 
          
Belles et douces fêtes de fin d'année à toutes et tous. 

 

Partager cet article

7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 18:22





La légende de Saint NICOLAS (270 - 310)







Le personnage de Saint Nicolas provient de Nicolas de Myre appelé aussi Nicolas de Bari. Né à Patara au sud ouest de l'actuelle Turquie (à l'époque Asie mineure) entre 250 et 270 après JC, il fut le successeur de son oncle l'évêque de Myre.

De son vivant, Nicolas de Myre fut le protecteur des enfants, des veuves et des gens faibles. Il fut bienveillant et généreux.

L'empereur Dioclétien règnant alors sur toute l'Asie mineure poursuivit cruellement les chrétiens, entraînant ainsi l'emprisonnement de St Nicolas qui fut contraint de vivre, par la suite, un certain temps en exil. En 313, l'empereur Constantin rétablit la liberté religieuse, et St Nicolas put alors reprendre sa place d'évêque.

Saint Nicolas serait décédé un 6 décembre 343, victime de persécutions sous l'Empire Romain. Il fut enterré à Myre, mais ses ossements furent volés en 1087 par des marchants italiens qui les emportèrent à Bari en Italie. Les miracles attribués à St Nicolas sont si nombreux qu'il est aujourd'hui le Saint patron de nombreuses corporations ou groupes tels que les enfants, les navigateurs, les prisonniers, les avocats ou les célibataires.

St Nicolas fut vénéré en Allemagne dès le Xème Siècle et la journée du 6 décembre fut ainsi choisie comme le jour de la fête des commerçants, des boulangers et des marins.

Aujourd'hui, St Nicolas est fêté par un grand nombres de pays d'Europe : en France, Allemagne, Suisse, Luxembourg, Belgique, Hollande, Russie, Pologne, Autriche et d'autres encore...

Dans la nuit du 5 au 6 décembre, il passe dans les maisons pour apporter aux enfants sages différentes friandises (fruits secs, pommes, gâteaux, bonbons, chocolats et surtout, de grands pain d'épices représentant le St Evêque). St Nicolas est souvent accompagné du Père Fouettard qui, vêtu d'un grand manteau noir avec un grand capuchon et de grosses bottes, n'a pas le beau rôle puisqu'il distribue des coups de triques aux enfants pas sages et donne aussi parfois du charbon, des pommes de terre et des oignons. Le Père Fouettard porte souvent des cornes et une queue.

Déposez au pied du sapin une assiette avec une carotte et du sucre pour l'âne se St Nicolas, et un verre de lait pour St Nicola. Il en aura bien besoin, sa tournée est grande !




Alors les enfants, soyez sages si vous ne voulez pas que le père fouettard vous attrape !!!

Partager cet article

3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 18:30

Sainte Barbe aurait vécu au milieu du IIIème siècle à Nicomédie en Asie Mineure (aujourd’hui Izmit en Turquie) D’autres sources la font naître à Héliopolis (aujourd'hui Baalbek au Liban) où elle aurait vécu sous l’empereur Maximilien.

Son père Dioscore aurait été un riche édile païen .
Pour protéger sa virginité ou la protéger du prosélytisme chrétien, il l’enferma dans une tour à deux fenêtres. Mais un prêtre chrétien, déguisé en médecin, s’introduisit dans la tour et la baptisa.

Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était chrétienne. Furieux, le père mit le feu à la tour.

Barbe réussit à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père. Ce dernier la traîna devant le gouverneur romain de la province, qui la condamna au supplice. Comme la fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille.


Dioscore la décapita et fut aussitôt châtié par le Ciel : il mourut frappé par la foudre. Quand les chrétiens vinrent demander le corps de sa fille, ne voulant pas utiliser son prénom perse et ne pouvant pas se dévoiler en utilisant son prénom de baptême chrétien, ils ne purent en parler que comme « la jeune femme barbare », d'où le nom de sainte Barbara qui lui fut donné.


Attributs

Sainte Barbe est généralement représentée avec un ou plusieurs des attributs suivants : une tour à trois fenêtres, un éclair, un livre, une couronne ou une palme de martyre et une épée.

 

Les catholiques prient donc Sainte Barbe pour se protéger de la foudre, mais elle est aussi la patronne des architectes, des géologues, des pompiers, des mineurs (et par extension actuellement, des ingénieurs des Mines), des artilleurs, des sapeurs, des canonniers, des artificiers, des ingénieurs de combat, des métallurgistes et autres corporations liées au feu, dont les pétroliers militaires.


En particulier, le fort patronage que lui vouaient les mineurs de fond s’est progressivement transmis aux ouvriers et ingénieurs des travaux souterrains (tunnels,
cavernes, etc.) avec la disparition progressive de l’industrie minière occidentale. De nos jours, une sainte Barbe trône toujours à l’entrée des tunnels en construction pour protéger les ouvriers-mineurs des accidents de chantier.


Les empereurs byzantins vénéraient particulièrement ses reliques qu’ils firent transférer au VIe siècle à Constantinople. Une partie fut emmenée en Italie par les Vénitiens, et une autre au XIe par la fille d’ Alexis Comnène à Kiev
, où elles se trouvent toujours à la Cathédrale St Wlafdimir de Kiev.

Chapelles et lieux de culte

 


Une chapelle à Folpersviller, commune près de Sarreguemines en Moselle (Lorraine).


L'Eglise de Ste Barbe de Crusnes (Meurthe et Moselle), village minier du nord de la Lorraine,  unique église en fer d'Europe.

L'eglise Sainte-Barbe de St Etienne dans le quartier du Soleil (France) dédiée à la patronne des mineurs

La chapelle Ste Barbe des Mines, à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire). D'abord église de mineurs (charbon), elle est est devenue chapelle puis lieu d'animations culturelles depuis sa restauration par l'association du même nom.


Une chapelle sur la commune du Faouët en Morbihan : construite en ex-voto à flanc de colline, elle a la particularité d’être plus large que longue.


l'Eglise Ste Barbe de Kutna Hora (actuelle République Tchèque), ville minière de première importance au Moyen Âge est dédiée à la patronne des mineurs.


La chapelle des mineurs de Faymoreau (vendée), c'est une chapelle dédié au mineur où il y a été installé 19 vitraux d'art contemporain qui relatent l'histoire des mines (1827-1958).

TRADITIONS LIEES AU CULTE DE STE BARBE

Tradition Stéphanoise


Le 4 décembre, la Ste Barbe, patronne des mineurs, défile dans les rues jusqu'aux puits de mines. Ce défilé est souvent accompagné d'un spectacle. A l'occasion, le maire donnait un jour de congé

Tradition Savoyarde

Chaque premier samedi de décembre, à Bozel,
la chapelle Sainte-Barbe est exceptionnellement ouverte, et une messe y est célébrée le matin. Puis s’ensuit une dégustation de soupe traditionnelle (haricots et lard), préparée dans la nuit dans un immense chaudron par les habitants et partagée entre toutes les personnes présentes.

Tradition provençale mais aussi Libanaise

Le 4 décembre, en Provence, chacun doit semer du blé ou des lentilles sur du coton imbibé d’eau dans trois coupelles que l'on pose sur la table le soir de Noel. Une bonne pousse est signe d’abondance et de prospérité.

Tradition alsacienne

Le 4 décembre en Alsace, on coupait des branches d’arbres fruitiers (en particulier le cerisier) qui étaient placées dans un vase rempli d’eau. À partir de là il fallait quotidiennement couper un petit bout du pied de la tige et renouveler l’eau. Si on observe bien ces recommandations, les branches fleurissent vers Noël et une belle floraison est signe d’abondance.

Tradition purement libanaise

Le 4 décembre, au Liban et en Syrie, les gens se déguisent et font du porte à porte. Ils commémorent la fuite de Barbara de la tour où elle fut emprisonnée. Cette fuite n’aurait pas été réussie sans l’aide de ses amies qui lui donnèrent l’idée de se déguiser. La tradition dit aussi qu'elle se nourrissait de blé lors de sa fuite. En mémoire à Ste Barbe, ce soir là, les Libanais préparent un bouilli sucré fait de graines de blé parfumé à l'anis. Offrant aux visiteurs qui cognent à leur porte cette délicieuse collation, garnie d'une multitudes de graines, tel que : amande, pistache, pignon, noix...
La fête de sainte Barbe intervient exactement à 3 semaines du jour de Noël le 25 décembre.

Bretagne

La forme bretonne est Barba, prénom de la conteuse Barba Tassel, informatrice de Fanch an Uhel.

Cuba, Brésil

Dans la tradition afro-cubaine et afro-brésilienne la Ste est assimilée au dieu Yoruba  Xango(prononcer Chango) dont elle était la première épouse et à qui elle doit ses pouvoirs sur le tonnerre.

Dans la tradition afro-brésilienne, Ste Barbe est assimilée à l'Oricha (ancêtre divinisé) Yorouba (peuple Nigeria) "Oya" connue également sous le nom de "Yansan", qui fut l'une des épouses de Chango, 4e roi d'Oyo.
Elle est la patronne du fleuve Niger en Afrique et gouverne les orages et la foudre dans la tradition du candomblé brésilien.

Dans la marine

Dans la marine ancienne, la Ste-barbe était le nom de la soute à munitions ou réserve de poudre à canon.
 Le nom de "Ste-barbe" donné aux soutes à munitions viendrait d’un glissement phonétique. À l’époque de l’epidum romain, entouré d’une palissade, les produits dangereux étaient stockés dans une enceinte extérieure dénommée naturellement "cincta barbara", enceinte barbare. Selon un général français, le général Chapel, par déformation de prononciation, cette locution serait devenue "sancta barbara", Ste barbe.

Sapeurs-Pompiers

Au sein des sapeurs-pompiers, la fête de la Ste-Barbe est souvent associée à un défilé et à un repas ou un bal. C'est pour eux le moyen de faire la fête et de remercier cette Ste qui protège tous les sapeurs-pompiers.
En son honneur, dans toutes les villes et les villages de France, des défilés sont organisés.



Le 4 décembre 2009, à Lens, dans le Pas de Calais, c'est la pose de la première pierre du projet "Louvre Lens".
Ce Musée sera édifier sur le "carreau" de la mine 9.
Ce jour de Ste Barbe n'a donc pas été choisi par hasard !

Partager cet article

1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 09:20

 

Saint Eloi

En latin : Eligius : l'élu


 

 

 

Saint Eloi était orfèvre et peut être a-t-il lui-même introduit cet art en Limousin ;  on sait, en effet,

qu'au X° siècle, l'abbaye Saint-Martial de Limoges devint un foyer de joaillerie et d'émaillerie :

les moines travaillaient l'or et l'argent et fabriquaient des châsses, des coffrets eucharistiques,

des statues de saints, des anneaux d'évêque qu'ils ornaient de camées et de pierres précieuses.

Plus tard ils ajouteront les émaux, cloisonnés, puis champlevés, qui décoreront merveilleusement les devants d'autels, les crucifix et les vases sacrés.

 

 

 

Eloi, homme des VI° et VII° siècles (né vers 588 à Chaptelat et mort à Noyon le 1° décembre 660), ne connaissait pas encore tous ces raffinements ; du moins, savait-il bien son métier auquel l'avait formé un certain Abbon, de Limoges. Bientôt pourtant il monta l'exercer à Paris et se mit au service de Bobon, le trésorier royal. Un jour le roi Clotaire II vint lui commander un trône d'or incrusté de pierreries, lui fournissant très largement à cette fin le métal précieux nécessaire. Le jeune orfèvre se mit donc au travail et usa des maillets et des bigornes, emboutit et souda, martela et cisela, ragréa et brunit. Mais une fois terminé le siège royal du mérovingien, demeurait encore disponible une quantité d'or. Aussi l'honnête Eloi fabriqua-t-il un second siège qu'il dora avec ce qui restait de métal précieux et, lorsque le souverain reçut livraison de sa commande, quelle ne fut pas sa surprise de recevoir deux... "dagoberts" au lieu d'un simple trône.

 

Il fut frappé de l'honneteté de cet artisan et en fit son conseiller et ministre. Eloi conservera cette charge lorsque Dagobert succèdera plus tard à son père.

Cette fonction ne fût pas toujours aisée et il fallut à Eloi, maintes fois, remettre les idées et moeurs du roi à l'endroit (et non pas sa culotte !).

 

Eloi exerça, à plusieurs reprises, des missions diplomatiques, surveillait surtout la frappe des monnaies, tout en continuant ses travaux d'orfèvrerie, ornant ainsi les tombeaux de Sainte Geneviève, Saint Germain, Saint Séverin, Saint Denis...

 

Eloi était aussi un chrétien vertueux, suivant l'Evangile scrupuleusement.
Pour mieux aider les pauvres, il délaissait les vêtements somptueux de la cour pour se vêtir le plus simplement du monde en portant une silice sur la peau.

Il rachetait les prisonniers de guerre devenus esclaves pour les renvoyer ensuite chez eux ou gardaient près de lui. Nombre sont devenus moines ou prêtres.

 

Sur sa terre de Solignac, donnée par Dagobert, Eoi fit bâtir un monastère, puis en installa un autre à Paris dans sa propre demeure et y accomplissait des miracles , remettant sur pied boiteux, paralytique, multipliant le vin pour les pauvres, redonnant vie à des mains désséchées.....

 

A la mort de Dagobert, il entra dans la cléricature avec son ami Ouen et furent sacrés évèques le 13 mai 641 à Rouen et Noyon.


Le diocèse de Saint Eloi comprenait le Vermandois, les villes de Tournai, Courtrai et Gand. Il s'installa à Anvers et se lança dans l'apostolat missionnaire auprès des Flamands, des Frisons et des Suèves.

Il prêchait beaucoup en utilisant les sermons de Saint Césaire d'Arles, assista au concile de Châlon sur Saône en 650, notamment et faisait appliquer les décrets.

Sous ses pieds fleurissaient des prodiges, guérisons, délivrance de possédés.... 

 

 

 

Eloi le maréchal-ferrant

La légende dit qu'Eloi, simple maréchal-ferrant, installé à son compte, avait accroché à sa porte cette enseigne : "Eloi, Maître sur maïtre. Maître sur tous".

Considértant que ce "Maître sur tous" était un défi à la puissance céleste, Jésus-Christ résolut de lui donner une leçon d'huminité.

Le Christ s'habilla donc comme un simple forgeron et vien demander de l'embauche à l'atelier d'Eloi.

" que sais-tu faire"? lui demanda t'il 

"je sais forger et ferrer aussi bien que quiconque en ce monde".

"que dis-tu de ce fer que je viens de forger"?

"pas mal", répondit Jésus, "mais on peut faire mieux".

Sans attendre, Jésus forge un fer bien mieux fini et plus élégant que celui d'ELoi. Puis, ayant vu à la porte de la forge un cheval en attente d'être ferré, il lui coupa la jambe, la mit sur l'enclume, pose le fer puis remet la jambe qu cheval qui ne s'était aperçu de rien.

Eloi en colère, coupe une autre jambe du cheval et s'apprête à y poser le fer. Mais la bête saigne, hennit de douleur, tombe et serait mort si Jésus n'arrêta miraculeusement l'hémorragie avant de lui replacer sa jambe.

Eloi brise son enseigne en disant : "qui que tu soit, c'est toi le maître et c'est moi le compagnon".

Alors, Jésus lui dit : "heureux celui qui s'humilie".

Eloi comprend alors à qui il parle et se prosterne.

"Je te pardonne" dit le Christ, car je te crois guéri. Reste "maître sur maître", mais souviens-toi que je suis seul "maître sur tous".

 

Jésus monte derrière le cavalier propriétaire du cheval dont la jambe a été coupée deux fois et ils s'en vont.

Eloi comprend alors que ce cavalier était Saint Georges.

 

Cette légende expliquer pourquoi Eloi apparaît sur d'anciennes gravures, une jambe de cheval à la main. Mais elle ne peut être que postérieur au XIème siècle, date à laquelle l'usage de ferrer les chevaux apparut en Occident.


On raconte aussi, que voulant donner une leçon à un maréchal ferrant prétentieux, il lui montra de façon singulière comment ferrer le cheval : Eloi coupa la patte de la bête, la ferra, puis la remis en place sans que l'animal en souffrit. On comprendra, dès lors, pourquoi Saint Eloi devain le protecteur des chevaux et patron des maréchaux-ferrants, des maquignons, des cultivateurs, vétérinaires, charretiers, carrossiers, charrons, mécaniciens, garagistes....tous corps de métiers qui touchent de près ou de loin les chevaux.

 

Eloi rendit son âme à Dieu le 1er décembre 660 après avoir réparer la façade de la basilique Saint Médard de Noyon.

La reine Bathilde vins assiter à ses funérailles.

Un an plus tard, alors que l'on voulait lui donner une sépulture plus digne, on retrouva son corps intact.

Un  siècle après, son nom s'inscrit au martyrologe. Au moyen- âge, maintes corporations le prendront comme patron : les orfèvres, les joailliers, les doreurs, les serruriers, les quincailliers....

 

Honnête dans son métier, ministre et monétaire intégre, Saint Eloi fut également honnête et intègre avec Dieu.

Il en sera dit : " qui ne trompe pas les hommes ne trichera pas non plus avec Dieu, et la réciproque sera vraie".



Partager cet article

28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 09:01

passion bricolageSections Esoterisme

 

Voici, dans l'ordre, le tableau des 72  Anges

  

 

 

 

                                                     Anges-monde.jpg

 

 

 

 


SERAPHINS que préside METATRON

 

 

 

1. VEHUIAH

 2. JELIEL

3. SITAEL

4. ELEMIAH

5. MAHASIAH

6. LELAHEL

7. ACHAIAH

8. CAHETEL

 

 

 

CHERUBINS que préside RAZIEL

 

9. HAZIEL

10. ALADIAH

11. LAUVIAH

12. HAHAIAH

13. IEZALEL

14. MEBAHEL

15. HARIEL

16. HEKAMIAH

 

TRONES que préside BINAËL

 

17.

LAUVIAH

 18. CALIEL

19. LEUVIAH

20. PAHALIAH

21. NELCHAEL

22.YEIAYEL

23. MELAHEL

24. HAHEUIAH

 

DOMINATIONS que préside HESEDIEL

 

 

25. NITHAIAH

26. HAAIAH

27. YERATEL

28. SEHEIAH

29. REIYEL

30. OMAËL

31. LECABEL

32. VASARIAH

 

PUISSANCES que préside CAMAËL

 

33. YEHUIAH

34. LEHAHIAH

35. CHAVAQUIAH

36. MENADEL

37. ANIEL

38. HAAMIAH

39. REHAEL

40. IEIAZEL

 

VERTUS que préside RAPHAËL

 

41. HAHAHEL

42. MIKAËL

43. VEULIAH

44. YELAIAH

45. SEHALIAH

46. ARIEL

47. ASALIAH

48. MIHAËM

 

PRINCIPAUTES que préside HANIEL

 

49. VEHUEL

50. DANIEL

51. HAHASIAH

52. IMAMIAH

53. NANAEL

54. NITHAEL

55. MEBAHIAH

56. POYEL

 

ARCHANGES que préside MIKAËL


57. NEMAMIAH

58. YEIALEL

59. HARAEL

60. MITZRAEL

61. UMABEL

62. IAHHEL

63. ANAUEL

 64. MEHIEL

 

ANGES que préside GABRIEL


65. DAMABIAH

66. MANAKEL

67. EYAEL

68. HABUHIAH

69. ROCHEL

70. JABAMIAH

71. HAIAIEL

72. MUMIAH

 






Partager cet article

Published by Inguz - dans Angéologie
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 09:19

SAINTE CATHERINE

Le 25 Novembre, jour de la Sainte Catherine, est le jour des Catherinettes. On y fête les jeunes filles de 25 ans qui ne sont pas encore mariées.


La tradition veut qu'elles portent un chapeau extravagant aux tons jaunes et verts confectionné pour ou par elles, à leur image. Quelle est l'origine de cette tradition?
Découvrez la vie incroyable de Catherine d'Alexandrie, Sainte, martyre et docteur de l'Eglise.


Née à Alexandrie au sein d'une famille noble, Sainte Catherine se convertit au christianisme à la suite d' une vision. Jésus, ému par sa ferveur, contracte avec elle un mariage mystique sous les yeux de Marie et de la Cour céleste.


Très intelligente, elle suit les cours des plus grands maîtres chrétiens et on dit qu'elle réussit à démontrer à 50 grands philosophes d'Alexandrie la vanité des idoles et la fausseté de leur foi, jusqu'à les convertir tous.

Impressionné, l'empereur Maxence lui propose un mariage royal, qu'elle refuse par fidélité envers son mari mystique. Humilié, l'empereur lui fera subir le supplice de la dislocation des membres sans succès, puis le supplice de la roue duquel elle sort indemne. Elle finira décapitée le 25 Novembre 307 et deviendra la seule Sainte du paradis à posséder trois auréoles : la blanche des vierges, la verte des docteurs et la rouge des martyrs.

 

 

 



Sainte Catherine est aujourd'hui la patronne des filles à marier, mais aussi des théologiens, philosophes, orateurs, notaires, étudiants, meuniers, plombiers, tailleurs ...

La tradition de Sainte Catherine remonte au Moyen âge. A l'époque, les filles de 25 ans qui n'étaient pas encore mariées revêtaient des tenues et des chapeaux extravagants et se rendaient en cortège devant une statue deSainte Catherine pour la parer de fleurs, rubans, chapeaux ... Elles coiffaient Sainte Catherine dans l'espoir de trouver un mari !


A l'origine, la Sainte Catherine était la fête des filles de 25 ans qui n'étaient pas mariées.

Elles allaient au bal et celles qui voulaient trouver un mari se mettaient un chapeau complétement fou sur la tête. Elles y accrochaient des objets jaunes et verts pour se faire remarquer.

Dans le nord de la France les jeunes filles s'envoient ce jour la des cartes de la Sainte Catherine  pleines de souhaits et de doux espoirs.

Partager cet article

21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 13:41

 

ste-Cecilia_Raphael.jpg

 

 

Cécile de Rome, une des Ste Cécile, (Ste Aziliz dans le calendrier breton des saints) est une sainte chrétienne. Elle aurait vécu à Rome au premiers temps du christianisme.
Sa légende en fait une vierge, qui, mariée de force continua à respecter son voeu de virginité.

Elle est fêté le 22 novembre. Elle est la patronne des musiciens mais aussi celle des brodeurs (ses). 

 

Histoire et Tradition

Selon Venance Fortunat, elle vivait en Sicile et mourut pour la foi à Rome (sous Marc Aurèle ou Alexandre Sévère).

Elle a été condamnée au martyre après avoir converti de nombreuses personnes dont son mari. 

Un passage de sa légende affirme qu'en allant au martyre, elle entendit une musique céleste. Cette anecdote en fera la patronne des musiciens, des luthiers et des autres fabricants d'instruments de musique.

On la représente avec une couronne de fleurs, symbole de virginité, un plant de lys, un instrument de musique et une épée. Elle est souvent enturbannée et richement habillée, signes d'une origine praticienne. C'est l'une des martyrs des débuts de l'église les plus vénérées, mentionnée dans le canon de la messe depuis 496.

Sa dépouille fut retrouvée en 821 dans les catacombes de St Calixte puis transférée au quartier de Trastevère où une basilique fut construite pour l'accueillir. Lors des fouilles de 1599, son corps fut exhumé et l'on s'émerveilla de le trouver intact et dans sa position d'origine. 
Cet évènement contribua à renforcer l'intérêt pour l'église primitive qui imprégnait certains milieux ecclésiastiques et intellectuels de l'époque. 

 

La Légende

 

Issue d'une noble famille romaine, elle voua sa vie très jeune à Dieu et fit voeu de virginité. Arrivée en âge de se marier, se sparents lui choisissent Valétien pour époux, un païen.
Après plusieur de prières et de je$une, arrive la nuit de noces. Elle révèle son secret à Valérien et lui demande de respecter sa virginité ainsi que de se convertir en disant : "j'ai pour amant un ange qui veille sur mon corps avec une extrême sollicitude. S'il s'aperçoit que tu me touches, étant poussé par un amour qui me souille, aussitôt il te frappera et tu perdrais la fleur de ta charmante jeunesse, mais s'il voit que tu m'aimes, d'un amour sincère, il t'aimera comme il m'aime, et il te motrera sa gloire".

Valérien lui répondit : "si tu veux que je te croie, fais-moi voir cet ange, et si je m'assure que c'est vraiment un ange de Dieu, je ferai ce à quoi tu m'exhortes, mais si tu aimes un autre homme, je vous frapperai l'un et l'autre de mon glaive".

Après lui avoir fait lire l'Evangile selon Luc et parès qu'il a renoncé aux idoles, il se convertit. Elle le conduit alors au pape Urbain qui le prépare au baptême et le baptise à Pâques.

 

Cécile sera menacée, ma sa foi restera plus forte que sa peur et elle continue d'évangéliser chez elle et dans les jardins du mont Palatin. Le pape Urbain vient célébrer l'eucharistie chez Cécile pour le groupe de chrétiens.

Elle sera arrêtée, condamnée et décapitée en public. 

Cécile se met à chanter en attendant le coup de hache du bourreau, mais ce dernier, après trois tentatives infructueuses, la laisse agoniser durant trois jours, la loi romain interdisant le quatrième coup. Elle confie tous ses biens au pape Urbain et lui recommande ceux qu'elle a converti, ainsi que sa maison pour en faire une église. C'est l'église Ste Cécile du Trastévère à Rome.

 

Partager cet article

21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 13:39

 

 

 

ANGE-BLEU.jpg

 

 

 

 

L'Ange qui régit le jour où se trouve votre Soleil de naissance, ou, autrement dit, l'Ange qui régissait le jour de votre naissance, est votre Ange du Jour.


Il est celui qui influence fortement votre vie sentimentale, vos émotions.

 

En fonction donc de votre jour et mois de naissance, voici le nom de votre Ange du Jour et le bienfait qu'il accorde.

 

 

1er LEHAIAH Elévation  


2 CHAVAKHIAH Réconciliation


3 MENADEL Sagesse


4 ANIEL Moralité


5 HAAMIAH Clarté


6 REHAEL Fidélité


7 YEIAZEL Servir


8 HAHAEL Perfection


9 MIKAEL Connaissance


10 VEULIAH Stabilité


11 YELAHIAH Tout possible


12 SAHALIAH Joie


13 ARIEL Appuis


14 ASALIAH Providence


15 MIHAEL Bien-être


16 VEHUEL Evolution


17 DANIEL Considération


18 HAHASIAH Abondance


19 IMAMIAH Adaptation


20 NANAEL Chance


21 NITHAEL Amnistie


22 MEBAHIAH Transformation


23 POYEL Accroissement


24 NEMAMIAH Intégration


25 YEIALEL Grâce


26 HARAEL Solidité


27 MITZRAEL Edification


28 UMABEL Embellir


29 IAHHEL Expériences


30 ANAUEL Coordination


31 MEHIEL Attention


 

 

 

 

 

L'Ange du Jour est très bénéfique pour tout ce qui concerne notre vie sentimentale, nos amitiés, nos amours, nos émotions.


Partager cet article

Published by Inguz - dans Angéologie
commenter cet article

Bord de mer


le_monde.jpg                                                              

Rechercher

Bien vivre grâce au Reiki

 
 sigle-reiki.jpg

LES PHASES DE LA LUNE

FAIRE UN DON

Texte Libre

Referencement Automatique